20 novembre 2023

Le Comité exécutif de la CREG (Commission de régulation de l’électricité et du gaz) a récemment approuvé la proposition tarifaire révisée d’Elia pour la période de régulation 2024-2027. Cette approbation met en lumière les changements dans le paysage tarifaire de l’électricité tout en soulevant la question de savoir comment ces tarifs contribueront au plan de relance plus large de la Belgique et au passage à l’énergie renouvelable.  

Le soutien de Next Generation EU  

Next Generation EU (NGEU) est un instrument de relance temporaire destiné à réparer les dommages économiques et sociaux immédiats causés par la pandémie de coronavirus. La facilité de redressement et de résilience (RRF) est le pivot de NGEU, avec des prêts et des subventions pour soutenir les réformes et les investissements entrepris par les pays de l’UE.   

Pour accéder aux fonds du NGEU, chaque État membre doit élaborer un plan national de relance et de résilience (PHV), qui présente un ensemble cohérent de réformes et d’investissements pour la période 2021-26.     

Sur les 750 milliards d’euros d’aide européenne de la NEXT Generation EU, quelque 4,5 milliards d’euros sont réservés à la Belgique.    

Un pas en avant dans la transition énergétique et commerciale

Les tarifs pour la période 2024-2027 ont été fixés dans un contexte de forte inflation, mais ils sont principalement motivés par la nécessité de fournir à Elia les ressources nécessaires à la mise en œuvre de son ambitieux programme d’investissement. Ce programme, approuvé dans le cadre du plan de développement fédéral, joue un rôle crucial pour faciliter la transition vers les énergies renouvelables en Belgique. Il doit permettre à Elia de mener à bien ses missions essentielles à un moment où la conscience environnementale et la neutralité carbone sont de plus en plus présentes. 

Le budget approuvé par la CREG présente une dynamique intéressante : il est inférieur de 10 % à la proposition tarifaire initiale soumise par Elia au début de l’année. Cependant, malgré cette réduction, les tarifs de transport d’électricité augmenteront de manière significative, avec une hausse moyenne de 77% sur la période 2024-2027. Fait remarquable, ces tarifs resteront globalement stables en 2024 par rapport aux tarifs actuellement en vigueur (2023). Toutefois, à partir de 2025, une augmentation nettement plus forte est attendue.  

Le plan de relance de la Belgique vise un avenir durable  

Cette approbation et les modifications tarifaires qui en découlent ne sont pas seulement importantes pour les consommateurs, mais ont également des implications directes pour les entreprises et les sociétés en Belgique. L’augmentation des tarifs pourrait entraîner une hausse significative des coûts opérationnels pour les entreprises qui dépendent de l’électricité pour leurs activités quotidiennes. Il est essentiel pour ces entreprises d’optimiser leur efficacité énergétique et d’explorer des moyens innovants de réduire leur empreinte carbone.  

Cette approbation est d’autant plus pertinente qu’elle s’inscrit dans le contexte plus large du plan de relance de la Belgique. Le pays s’est fixé pour objectif de se remettre des difficultés économiques, en mettant l’accent sur le renforcement de la croissance durable et la promotion de pratiques respectueuses de l’environnement. Une partie de ce plan de relance comprend des investissements dans la transition énergétique, ce qui rend l’adoption de ces tarifs plus compréhensible. Toutefois, la question se pose de savoir comment ces augmentations de tarifs seront liées aux objectifs plus larges du plan de relance.  

La Belgique, comme beaucoup d’autres pays, s’efforce d’avoir un avenir vert et durable. L’adoption de ces tarifs témoigne d’un engagement fort en faveur de la transition énergétique, mais il convient également de prêter attention à l’impact plus large sur les entreprises. Il s’agit d’un équilibre délicat entre le soutien aux initiatives durables et la garantie que les activités économiques ne sont pas indûment grevées.  

Le plan de relance de la Belgique fait avancer la transition énergétique  

Un autre aspect important à ne pas négliger est le rôle de la Belgique dans la transition énergétique européenne. En tant que membre de l’Union européenne, la Belgique doit contribuer à la transition vers des sources d’énergie propres et à la réduction des émissions de CO2. L’approbation de ces tarifs indique une volonté d’investir dans ces efforts, mais il est crucial que ces investissements contribuent effectivement à des objectifs européens plus larges.  

Les entreprises belges doivent maintenant développer des stratégies pour s’adapter à cette situation tarifaire changeante tout en contribuant aux objectifs de durabilité. Pour ce faire, elles peuvent notamment  

  • Mettre en œuvre des mesures d’économie d’énergie  
  • Explorer les sources d’énergie renouvelables   
  • Adopter des technologies innovantes    

En outre, la coopération avec les agences gouvernementales et les associations industrielles est essentielle pour garantir une approche équilibrée qui favorise à la fois la croissance économique et la durabilité environnementale.  

L’approbation des tarifs d’électricité pour la période 2024-2027 (par CREG0 marque une étape importante dans la transition énergétique et le plan de relance plus large de la Belgique. Il appartient maintenant aux entreprises et aux décideurs politiques de travailler ensemble pour assurer une mise en œuvre équilibrée de ces tarifs, en promouvant une croissance durable sans entraver inutilement la vitalité économique. 

Avec FI Group comme partenaire fiable, vous pouvez naviguer à travers l’évolution du paysage du financement de la R&D et exploiter pleinement les mesures d’incitation disponibles. 

Yvette Poumpalova 

× Comment puis-je vous aider ?