14 novembre 2023

La Belgique s’apprête à s’engager sur la voie de la transformation en 2023 grâce à son plan de relance et de résilience modifié, qui a reçu l’aval de la Commission européenne. Ce nouveau plan stratégique, soutenu par 5 milliards d’euros de subventions et 264 millions d’euros de prêts, prévoit 40 réformes et 119 investissements, avec un accent particulier sur le chapitre REPowerEU évalué à 726 millions d’euros. Grâce à ces fonds, le plan approuvé s’élève à 5,3 milliards d’euros.  

Qu’est-ce que la Next Generation EU ?  

Next Generation EU (NGEU) est un instrument de relance temporaire destiné à réparer les dommages économiques et sociaux immédiats causés par la pandémie de coronavirus.  

Le mécanisme de redressement et de résilience (RRF) est la pièce maîtresse de NGEU, avec des prêts et des subventions disponibles pour soutenir les réformes et les investissements entrepris par les pays de l’UE.  

Pour accéder aux fonds du NGEU, chaque État membre est tenu d’élaborer un plan national de redressement et de résilience (PNRR), qui présente un ensemble cohérent de réformes et d’investissements pour la période 2021-26.  

La Belgique reçoit des fonds du mécanisme temporaire   

Afin de faire face à la crise économique résultant de Covid 19 d’une manière juste, équitable et respectueuse de l’environnement, la Commission européenne soutiendra les efforts déployés au niveau national, en particulier dans les pays les plus touchés, par l’intermédiaire de l’UE « nouvelle génération ». Le plan de relance mobilisera des fonds en relevant temporairement le plafond des ressources propres à 2 % du revenu national brut de l’UE, ce qui lui permettra d’emprunter ces 750 milliards d’euros sur les marchés financiers.   

La Belgique a été l’un des premiers pays à recevoir un préfinancement (770 millions d’euros) au titre de la facilité pour la relance et la résilience (FRR) en 2021. Cela a permis de donner un coup de fouet à la mise en œuvre des mesures cruciales d’investissement et de réforme décrites dans le plan de relance et de résilience de la Belgique.   

Dans le plan modifié de 2023, la Belgique a demandé un financement supplémentaire sous forme de subventions et de prêts pour couvrir 40 réformes et 119 investissements. Elle a également ajouté un chapitre RePowerEU pour inclure 4 nouvelles réformes, 17 nouveaux investissements, 7 investissements transférés du plan initial et un investissement à plus grande échelle. En outre, la Belgique a proposé de modifier 63 mesures du PRR initial. Ces modifications sont fondées sur les éléments suivants : 

  • Des circonstances qui empêchent la réalisation de certaines mesures comme prévu initialement, notamment une forte inflation en 2022 et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine ;  
  • La demande d’utiliser 264 millions d’euros de prêts du FRR ;  
  • L’allocation de subventions de 5,9 milliards d’euros à 4,5 milliards d’euros, suite à la mise à jour de juin 2022 de la clé de répartition des subventions du FRR, qui reflète les résultats économiques de la Belgique en 2020 et 2021, comparativement meilleurs que ceux initialement prévus.  

RePowerEU : façonner une Europe indépendante des combustibles fossiles  

Le chapitre REPowerEU de la Belgique se distingue par 4 nouvelles réformes, 17 investissements et un engagement à atteindre l’indépendance énergétique vis-à-vis des combustibles fossiles russes d’ici 2030. Ce volet du plan met l’accent sur l’efficacité énergétique dans les bâtiments, la décarbonisation de l’industrie, le déploiement des énergies renouvelables, la production d’hydrogène et la décarbonisation du transport routier.  

Adaptations et modifications pour 2023  

Les modifications apportées au plan initial sont justifiées par divers facteurs, notamment les défis liés à l’inflation élevée en 2022, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement dues à la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine et la décision d’utiliser 264 millions d’euros de prêts du FRR. Une révision notable concerne la réduction de l’allocation maximale de la Belgique au titre du RRF de 5,9 milliards d’euros à 4,5 milliards d’euros, s’alignant ainsi sur les performances économiques favorables du pays en 2020 et 2021.  

Financement du plan modifié  

Pour financer le plan révisé, la Belgique fait appel à la réserve d’ajustement du Brexit, en allouant 229 millions d’euros, et obtient 264 millions d’euros supplémentaires par le biais de prêts. Associé aux subventions RRF et REPowerEU existantes (4,5 milliards d’euros et 282 millions d’euros, respectivement), le plan de relance et de résilience modifié affiche un montant impressionnant de 5,3 milliards d’euros.  

Domination de la transition verte  

Le plan modifié de la Belgique souligne un engagement solide en faveur de la durabilité environnementale, en allouant 51 % des fonds à des mesures axées sur le climat, dépassant ainsi l’objectif obligatoire de 37 %. Les initiatives clés du chapitre REPowerEU, telles que la réforme des procédures de recours et le soutien aux énergies renouvelables dans les logements sociaux, contribuent de manière significative à cette transition verte.  

Préparation numérique et résilience sociale  

Malgré une révision à la baisse de l’allocation du FRR, la Belgique maintient un agenda numérique solide, en allouant 27 % des fonds à la transition numérique. Le plan défend la cybersécurité, la connectivité, les services publics, l’éducation, la santé et la culture. La résilience sociale reste une pierre angulaire, avec un accent continu sur l’employabilité et l’amélioration des compétences, en relevant les défis inattendus sans compromettre l’ambition.  

Prochaines étapes du plan belge de relance et de résilience  

La balle est maintenant dans le camp du Conseil, qui dispose d’un délai de quatre semaines pour approuver l’évaluation de la Commission. Cette approbation permet de débloquer 102 millions d’euros de préfinancement pour les fonds REPowerEU. Au fur et à mesure que la Belgique avancera, la Commission surveillera les progrès accomplis et autorisera les versements ultérieurs en fonction de la réalisation des étapes et des objectifs définis, marquant ainsi une phase charnière dans le parcours de la Belgique vers le rétablissement et la résilience. 

Avec FI Group comme partenaire fiable, vous pouvez naviguer à travers l’évolution du paysage du financement de la R&D et exploiter pleinement les mesures d’incitation disponibles. 

Yvette Poumpalova 

× Comment puis-je vous aider ?